église

Eglise - St Martin des Monts

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Mairie > Patrimoine


L’église de Saint Martin des Monts
:


Cet édifice, comme la paroisse, est placé sous le vocable de Saint Martin, évêque de Tours en 370, si populaire au Moyen-âge et à l’époque Moderne que près de 5600 communes et 4000 paroisses lui sont dédiées en France.

L’église, très modeste mais renfermant un mobilier très intéressant, est composée d’une nef très courte (9m70 m x 7m65) séparée du chœur quadrangulaire (8m50 x 5m) par un arc triomphal. A ces deux volumes fut ajoutée la sacristie avant 1825.


La nef et le chœur peuvent remonter au XIe siècle même si le chevet a été prolongé à l’Est à la fin du Moyen-âge ou au début du XVe siècle. La construction conserve également un auvent en charpente couvrant la porte latérale. L’élévation ré-enduite en 2000, laisse apparaître des détails architecturaux tels les trous de boulins où se logeaient les poutres des échafaudages volants lors de la construction, un visage sculpté au-dessus du portail occidental ainsi qu’un sarcophage à la base de l’angle Sud du chevet.

A l’intérieur, la disparition progressive des badigeons laisse apercevoir des peintures murales.
Le mobilier est constitué des trois autels et rétables du XVIIIe siècle. Le tableau de la contre table du maître-autel, représentant le Christ et la Samaritaine au puits, est surmonté d’une statue du Saint Patron de l’église.

Les Tabernacles à ailes date de la fin du XVIIe siècles ou du début du XVIIIe siècle. Les autels et retables latéraux sont dédiés respectivement à la vierge et à Saint-Sébastien. Ils présentent sur la surface postérieure des post acoustiques. Le chœur a été pourvu de lambris et de stalles au XVIIIe siècle ainsi que d’une grille de clôture en fer forgé dans la nef la chaire semble remonter à la même époque. Parmi les statues anciennes (XVIe – XVIIIe siècles), outre celles associées aux rétables, un Saint-Roch, invoqué contre les épidémies, est placé au-dessus de l’arc triomphal.

La sacristie renferme, dans le mur Est, un demi-relief du XVIIe siècle représentant la Cène avec de part et d’autre Saint Pierre et Saint Paul accompagné des armes de la famille de VILARCEAU.
Les vitraux du choeur comportent trois verrières réalisées par Lecomte et Colin à Rennes en 1887. La baie de gauche représente Saint Pascal de BAYLON, religieux espagnol du XVIe siècle. C'est la seule fenêtre conservée en plein cintre. : Le clocher a la particularité d'être carré à la base et octogonal ensuite. Pendant l'orage du 4 juillet 1983, un incendie l'a partiellement détruit et il a été restauré à l'indentique. Enfin, la cloche de l’église porte la date de 1885.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu